Aufrufe
vor 1 Jahr

ONELIFE #38 – French

  • Text
  • Rover
  • Monde
  • Shenzhen
  • Nouveau
  • Vers
  • Evoque
  • Faire
  • Cours
  • Propre
  • Particulier
Land Rover’s Onelife magazine showcases stories from around the world that celebrate inner strength and the drive to go Above and Beyond. New perspectives meet old traditions - these contrasts unite in the latest issue of ONELIFE. Together with Landrover we travelled around the globe. From the high-tech city of Shenzhen in China to the carnival subculture in Brazil to Wuppertal. We got to know one of the oldest space travelers, technology visionaries and watch lovers, just as the new Range Rover Evoque. An exciting journey through the world of yesterday, today and tomorrow.

DÉCOUVERTE EN DISCOVERY

DÉCOUVERTE EN DISCOVERY Il paraît improbable que, pour retrouver un cousin, on se lance dans une expédition pleine d’embûches, comme ramper dans des tunnels étroits, se lancer sur de vastes dunes et affronter serpents et scorpions, le tout en tournant une vidéo pour une série télévisée. Oui mais, tout le monde n’a pas un cousin nommé Sir Ranulph Fiennes, le célèbre explorateur. Pour Joseph Fiennes, acteur hollywoodien et star de The Handmaid’s Tale, une série télévisée très populaire aux États-Unis, explorer l’Égypte avec Sir Ranulph (« Ran ») était une idée séduisante une opportunité de réaliser son rêve de rencontrer son illustre cousin, qu’il connaissait à peine. « Et puis, un jour, j’ai pris conscience que j’étais en train de réaliser ce rêve et que ce n’était pas si évident », raconte-t-il. « J’ai essayé de conserver mon sang-froid, mais au début, j’avais un peu d’appréhension ». En plus, toutes ses émotions étaient filmées par l’équipe du National Geographic, pour une émission en trois épisodes diffusés printemps 2019. L’émission avait pour but de suivre les Fiennes revenant sur les traces d’une partie de l’expédition conduite par Ran le long du Nil en 1969, d’Alexandrie au lac Victoria. Lorsque Onelife a rencontré les deux cousins, c’est très volontiers qu’ils nous ont fait partager leurs expériences de tournage en Égypte, en ajoutant certaines anecdotes savoureuses. On aurait dit qu’ils se lançaient dans une saynète exhalant la bonne humeur ; Ran, l’aventurier qui ne se prend pas au sérieux et Joe, l’acteur éloquent et blagueur. Souvent qualifié de plus grand explorateur au monde, Ran a un impressionnant tableau de chasse, les deux pôles ou l’Everest, des marathons sur sept continents ; il avait même arraché avec les dents ses propres phalanges gelées. « De mon côté, la peur de ma vie, je l’ai vécue sur une scène devant quelques centaines de personnes », reconnaît modestement Joe, 48 ans. « Tout ce que j’espérais, c’est qu’au vu de ma pitoyable histoire, Ran ne me mépriserait pas ». « Moi aussi, j’avais une appréhension », s’amuse Ran, 74 ans. ‘ « Je me demandais ce que tu penserais d’une vieille loque comme moi ». Pour Joe, le voyage était aussi un moyen de se tester lui-même « pour voir jusqu’où je suis capable d’aller », en plus « de me rapprocher de ce personnage mythique pour comprendre ce qui l’avait motivé dans ses folles entreprises ». Pour Ran, c’était une occasion de retrouver ces contrées si familières et aussi d’explorer de nouveaux sites. Comme pour nombre d’expéditions de Ran, Land Rover a joué un rôle vital dans cette ultime aventure. L’équipe a été renforcée par un Land Rover Discovery. Au cours des trente années de son existence, le Discovery a permis à Ran comme à beaucoup d’autres explorateurs renommés ou à certaines expéditions caritatives de réussir des expéditions mondiales, y compris le périple mémorable du millionième Discovery, de Birmingham à Pékin en 2012. Et c’est dans un Discovery que Joe s’est frotté au tout-terrain sur les dunes du désert égyptien. « À un moment, nous avons même décollé », remarque ironiquement Ran. « Je dois vraiment me faire pardonner », répond Joe. « Nous étions en train de grimper le flanc d’une énorme dune ; et Ran m’ordonnait de prendre de la vitesse. Évidemment, je devais ralentir au sommet, mais en fait, nous l’avons survolé, retombant de l’autre côté. Nos affaires étaient sens dessus-dessous, et nous, nos vertèbres étaient fortement ébranlées. Mais Ran était resté impassible ». De même, il n’avait pas sourcillé devant les serpents venimeux, les scorpions et les araignées sur lesquels le duo est tombé au cours d’un exercice de préparation près du Caire. « Ran maîtrise sa peur. Et moi, je voulais lui prouver que je tiendrais bon jusqu’au bout, quoiqu’il arrive » se souvient Joe. « Ah, ça oui, on peut dire que tu as fait du bon boulot », grommelle Ran. Les deux se souviennent avoir rampé dans des tunnels d’à peine 50 cm de haut pour atteindre les tombes récemment découvertes près d’Al Minya. « Joe est souple et athlétique ; moi, je n’arrivais pas à le suivre », se souvient-il. « S’il avait peur, il se gardait bien de le montrer. Mais être l’un des tout premiers depuis des milliers d’années à découvrir ces chambres funéraires pleines d'histoire ! Rien que pour cela, le voyage valait la peine ». Et Joe a mis ses talents artistiques au travail. Lui, il n’était pas du type Indiana Jones. À chaque détour, il sortait son carnet de dessin ou son appareil photo. « J’adorais me perdre dans le dédale des souks ou m’asseoir quelques minutes pour immortaliser quelques-unes des beautés de l’Égypte ». Que ce soient les grandes pyramides ou les temples d’Abou Simbel, Joe assure que ces paysages et ces expériences resteront indélébiles. Tout aussi important, il a pu percer la personnalité de son cousin, ce risque-tout qui ne renonce jamais et qui repousse les limites du possible. Ran ajouta « J’avais un préjugé sur les acteurs, si bien que jamais je n’aurais imaginé que Joe puisse vivre ces expériences sans craquer. Mais Joe est d’une autre trempe. C’est probablement un ADN familial ! ». Le Discovery restera toujours disponible pour équiper des expéditions lointaines, et, qui sait, pour d’autres retrouvailles mouvementées de la famille Fiennes. SUIVEZ LE VOYAGE Pour revivre l’expédition Fiennes en Égypte, rendez vous sur www.natgeo.com/worldsgreatestexplorer IMAGES : COURTOISIE DU NATIONAL GEOGRAPHIC ET DE JOSEPH FIENNES 42

« RAN MAÎTRISE SA PEUR. ET MOI, JE VOULAIS LUI PROUVER QUE JE TIENDRAIS BON JUSQU’AU BOUT, QUOIQU’IL ARRIVE » 43