Aufrufe
vor 4 Jahren

Jaguar Magazine PERFORMANCE – French

  • Text
  • Jaguar
  • Acteur
  • Nouvelle
  • Photographie
  • Izzard
Nicht jeder darf das Jaguar Land Rover Testgelände in Gaydon besuchen. Wir schon: Für den exklusiven Fotoshoot des Jaguar XE versammelte sich unser Produktions-Team auf der geheimen Rennstrecke. Steffen Jahn fotografierte das brandneue Jaguar Fahrzeug. Das Set-up war aufgrund des für England typischen Wetters in den Control Towers der ehemaligen Flugbahn untergebracht. Kurze Regenpausen wurden dazu genutzt, mit eigens angemieteten Drohnen zu fotografieren. Das Ergebnis ist eine ästhetisch hochwertig und stimmungsvolle Strecke in der Ausgabe 01-2015 des J-Magazines.

Années30 FRANKENSTEIN

Années30 FRANKENSTEIN (1931) Acteur : BORIS KARLOFF (ci-contre) Rôle : Le monstre de Frankenstein Anecdote : Malgré son nom à consonance exotique, Boris Karloff est né à Honor Oak, dans le sud-est de Londres. LES AVENTURES DE ROBIN DES BOIS (1938) Acteur : MELVILLE COOPER Rôle : Le Shérif de Nottingham SI VOUS CHERCHEZ UN ACTEUR ÉLOQUENT, QUI PORTE BIEN LE COSTUME, AIT FAIT DE LONGUES (OU EN TOUT CAS ONÉREUSES) ÉTUDES ET PUISSE, DE SURCROÎT, JOUER LE RÔLE D'UN TUEUR FLEGMATIQUE, VOIRE DISCRET, MIEUX VAUT VOUS ADRESSER À UN BRITANNIQUE À ce sujet, Sir Ben Kingsley, habitué des rôles de méchants, dont le plus époustouflant est probablement celui de Don Logan, truand expatrié de Sexy Beast, se plaît à dire : « Je dois tout mon savoir-faire à Shakespeare et à ses méchants extraordinaires. Ils ont une personnalité si complexe qu'il est presque impossible pour un acteur britannique imprégné de cette richesse culturelle de jouer des méchants sans profondeur. » Les premiers films d'horreur sont à l'origine de cette tendance hollywoodienne. Dans le Frankenstein de James Whale (1931), Boris Karloff interprète un monstre peu loquace, mais la simple présence de ce mystérieux Européen suffit à donner au personnage une dimension complexe et intrigante. Quelques années plus tard, Christopher Lee et Peter Cushing incarnent le comte Dracula à la perfection, cet aristocrate qui a un penchant pour le sang humain et craint la lumière du jour. Par la suite, Christopher Lee décide d'exercer ses talents de méchant dans la série James Bond, où il excelle dans le rôle de Scaramanga, dans L'Homme au pistolet d'or. Paradoxalement, alors que la série Bond est la quintessence de l'esprit british, les rôles machiavéliques n'ont pas toujours été attribués à des acteurs britanniques. Peut-être parce que l'agent 007 sortait lui-même de l'université d'Eton. Cela dit, Donald Pleasence, Steven Berkoff et Jonathan Pryce ont tous donné la réplique à James Bond, même si leur personnage n'était pas britannique. Nombre de ces acteurs ont joué des personnages de purs méchants. Toutefois, il existe un autre genre de méchant britannique qui perdure depuis des décennies : l'escroc sympathique. Si ses intentions ne sont pas toujours les plus pures, vous ne diriez pas non une soirée en tête à tête avec lui. Prenez Michael Caine, dans L'Or se barre. Voilà un cambrioleur qui organise le braquage du siècle. Mais est-ce vraiment si terrible ? Il est si élégant dans ses costumes impeccables. Comment ne pas succomber à son charme ? Dans la même registre, il y a Bob Hoskins, dans Racket. Son personnage de Harry Shand a beau être un truand, il fait figure d'enfant de chœur face à l'IRA et à la mafia américaine, auxquelles il se retrouve confronté alors qu'il s'apprête à conclure un juteux marché. Il est courageux et plein de malice, mais jamais méchant. Le cinéma contemporain remet les pendules à l'heure. En 1977, La Guerre des étoiles annonce l'avènement des superproductions fantastiques et de science-fiction et propulse les conspirateurs britanniques dans une autre stratosphère. C'est à Dave Prowse, grand gaillard de Bristol qui s'était auparavant distingué dans le rôle d'un dangereux culturiste dans Orange mécanique de Stanley Kubrick, que George Lucas confie le rôle de Dark Vador, ennemi juré de Luke Skywalker. Pourtant, il ne va pas jusqu'à utiliser sa voix. Pour cela, il se tourne vers l'américain James Earl Jones, à la voix autrement plus caverneuse. Peut-être George Lucas savait-il qu'à la fin, Dak Vador renoncerait à faire le mal ; et ça, seul un Américain en serait capable. C'est tout de même le seul rôle légendaire de méchant qui a échappé aux Britanniques. En revanche, George Lucas n'y a pas réfléchi à deux fois avant de choisir celui qui incarnerait l'Empereur Palpatine,patron de Dark Vador aux traits ridés et PHOTOGRAPHIE : UNIVERSAL, FILM FAVORITES,(2), POPPERFOTO, UNITED ARTISTS, PHOTOS D'ARCHIVES/ GETTY IMAGES 36 j NUMÉRO SPÉCIAL PERFORMANCE

CULTURE Années40 SHERLOCK HOLMES ET L'ARME SECRÈTE (1943) Acteur : LIONEL ATWILL Rôle : Professeur Moriarty LE MASQUE AUX YEUX VERTS (1945) Actrice : MARGARET LOCKWOOD Rôle : Barbara Worth Anecdote : À l'époque, le film a battu des records au box-office (18,4 millions d'entrées). Néanmoins, de nombreuses scènes ont dû être reprises, car les décolletés des femmes étaient trop profonds au goût des censeurs américains. Années50 TUEURS DE DAMES (1955) Acteur : ALEC GUINNESS (ci-contre) Rôle : Professeur Marcus DRACULA LE CAUCHEMAR DE DRACULA (1958) Acteur : CHRISTOPHER LEE Rôle : Dracula Anecdote : Il s'agit du premier de la série de films d'horreur produits par Hammer et inspirés du roman Dracula de Bram Stoker. Années60 UN CRIME DANS LA TÊTE (1962) Actrice : ANGELA LANSBURY (ci-dessous) Rôle : Madame Iselin LE LIVRE DE LA JUNGLE (1967) Voix : GEORGE SANDERS Rôle : Shere Khan ON NE VIT QUE DEUX FOIS (1967) Acteur : DONALD PLEASANCE Rôle : Blofeld L'OR SE BARRE (1969) Acteur : MICHAEL CAINE (ci-contre) Rôle : Charlie Croker Anecdote : La réplique « T'es seulement supposé faire sauter les satanées portières ! » donnée par Michael Caine a été élue réplique de film préférée dans un sondage réalisé en 2003 auprès de 1 000 cinéphiles. Outre le nombre incalculable de Mini, le film met en scène deux Jaguar TYPE-E. NUMÉRO SPÉCIAL PERFORMANCE j 37