Aufrufe
vor 4 Jahren

Jaguar Magazine DYNAMIC – Belgian French

  • Text
  • Cumberbatch
  • Jaguar
  • Nouvelle
  • Technologie
  • Elba
In der Jaguar Magazine Ausgabe 02-2015 stellen wir nicht nur den neuen Jaguar XF vor, sondern auch die verantwortlichen Technik-Experten dahinter. Außerdem ist es uns gelungen, ein Treffen mit zwei der gefragtesten britischen Schauspieler zu organisieren: Idris Elba begleiteten wir auf seiner Spritztour nach Berlin im neuen XE und Benedict Cumberbatch interviewten wir über den Dächern Londons ...

PORTRAIT Qu’est-ce que

PORTRAIT Qu’est-ce que l’art de qualité ? La réponse se trouve généralement dans le regard du visiteur. Et s’il revenait à ma fille d’établir le classement des meilleurs artistes, Olafur Eliasson ferait assurément partie du Top 10. Du haut de ses quatre ans, elle a été profondément impressionnée par les effets visuels et spéciaux de son exposition au Martin-Gropius-Bau à Berlin. Les enfants aiment l’art d’Eliasson : des miroirs déformants ou des pièces pleines de brouillards et d’ombres transportent en effet le visiteur dans un monde féérique. Il est difficile de ne pas être ému (ou impressionné). Le travail d’Eliasson, exposé dans la plupart des plus célèbres musées du monde, se base toujours sur un sens de la curiosité propre aux enfants, accompagné d’une forte envie d’explorer. Quel est le thème central de son art ? Le but est de rendre floue la limite entre l’art et son espace, l’intérieur et l’extérieur, la réalité et la fiction. Par exemple, Eliasson a rempli d’un brouillard jaune tout un musée ou encore teinté d’une couleur verte à l’apparence toxique une rivière de Stockholm. Dans les jardins botaniques de la ville allemande de Gütersloh, il créa un tunnel contenant des plantes au parfum intense. C’est une véritable provocation de l’odorat, au sens positif bien entendu. Tandis qu’aux Pays- Bas, à Utrecht, Eliasson a « modifié » l’endroit où le soleil se couche en utilisant un disque de quatre mètres de large et des effets lumineux spéciaux. De retour à Munich, devant le siège social d’une grande entreprise de conseil, il réalisa une sculpture monumentale appelée Umschreibung (mot allemand qui signifie « réécriture »), composée de deux longs escaliers qui s’entrecroisent et s’enlacent. En 2008, à New York, Eliasson réalisa une œuvre encore plus extravagante, à savoir quatre cascades artificielles spectaculaires qui ont déversé pendant 110 jours, de 7h00 du matin à 22h00, 13 milliards de litres d’eau dans l’East River. Devant cette œuvre d’art grandiose, vous aviez l’impression de vivre dans un monde déjanté dont les repères vous échappent. La plupart du travail d’Eliasson crée un effet similaire rien n’est comme il paraît être. Mais son grand kaléidoscope de couleurs et de lumières peut aussi être apprécié sans réflexion approfondie (ce qui explique l’attrait de très jeunes enfants pour son art). C’est d’ailleurs un sentiment qui semble en parfaite cohérence avec Eliasson lui-même. Alors que nous parlons de son récent ouvrage de cuisine végétarienne de 368 pages, qui contient également des photos de ses œuvres d’art, Eliasson dit aimer « la cuisine en tant que création d’une réalité, non pas pour mystifier les choses ». Cinq ans plus tard, je suis sûr que ma fille, à présent âgée de neuf ans, serait d’accord. OLAFUR ELIASSON Nationalité: danoise et islandaise Âge: 48 ans Profession: artiste Anecdote: le studio d’Eliasson à Berlin, est une ancienne brasserie que l’artiste a baptisée Le laboratoire des arts. UN PONT AU-DESSUS DES EAUX AGITÉES (tout en haut) L’une des installations les plus célèbres d’Eliasson est sa chute d’eau artificielle sous le pont de Brooklyn. Quatre chutes d’eau ont été présentées à New York en 2008, pendant 110 jours. Elles ont déversé 13 milliards de litres d’eau. AU-DELÀ DE L’ARC-EN-CIEL (ci-dessus) L’installation gigantesque de 2011 Your rainbow panorama est une passerelle de 150 mètres de haut qui surplombe le toit du musée Aros à Aarhus au Danemark. Cette œuvre d’art est composée de 116 panneaux éclairés de 42 couleurs différentes. Les visiteurs ont l’impression de marcher au-dessus, ou plutôt, à travers un arc-en-ciel. 60 j NUMÉRO SPÉCIAL DYNAMISME

LUMIÈRE AU-DESSUS DE LONDRES pour le musée Tate Modern de Londres, Eliasson a créé The weather project : un soleil artificiel avec de puissants tubes fluorescents fixés à l’extrémité de la salle des turbines (Turbine Hall). L’espace semblait démesuré sous l’effet de l’immense miroir du plafond. UN CROCODILE DANS LE PARC ? Tel un crocodile géant guettant son déjeuner, cet espace temporaire de 2007 a été conçu en coopération avec Kjetil Thorsen et construit devant la galerie d’art Serpentine Gallery de Londres. Les grandes « dents » formaient un rideau derrière lequel les visiteurs pouvaient s’asseoir, se relaxer ou peut-être même prendre leur repas. NUMÉRO SPÉCIAL DYNAMISME j 61