Aufrufe
vor 2 Jahren

Jaguar Magazine 02/2018 – French

  • Text
  • Jaguar
  • Voiture
  • Monde
  • Voitures
  • Faire
  • Volant
  • Vitesse
  • Moteur
  • Ainsi
  • Toutes

« L’IMAGERIE DES

« L’IMAGERIE DES ÉTINCELLES EST UN MOYEN DE PERCER LA SURFACE DES CHOSES ET D’EN APPROFONDIR L’ESTHÉTIQUE » 76 THE JAGUAR

DESIGN IMAGES : SEAN O’CONNELL; PORTRAIT : KEZIA LITTLEMORE raconte-t-il. « J’étais fasciné par la manière dont l’électricité traverse les obstacles, entre les objets et au sein même des structures ». C’est ainsi que les clichés d’étincelles ont été un moyen pour Sean « de voir au-delà de la surface des choses telle que la photo la montre, et de creuser profondément dans la structure de la matière. On obtient alors une perspective d’un monde plein d’énergie ». Au final, même si chaque bague détient sa propre forme que ce soient des tubes d’inox, de nitrure de silicium, de chrome ou de titane en y regardant de plus près, la création révèle de fascinants éléments cinétiques tels qu’on les découvre sur les photos. Comme l’explique Sean : « L’imagerie Spark me permet de voir la structure cristalline de l’acier météorique, révélée en motifs de décharge électrique, ou encore pour visionner des imperfections ou des craquelures dans la matière, ce que l’on ne peut voir à l’œil nu, et cela, grâce à l’arc persistant courant le long de l’imperfection ». L’imagerie Spark est presque aussi ancienne que la photographie elle-même, mais Sean en a étendu les possibilités. « Mon équipement est une combinaison d’anciens circuits de bobines Tesla et de mes propres bricolages ; il me permet de voir un bien plus grand nombre d’éléments », dit-il des images créées en plaçant la pellicule au-dessus d’une épaisse plaque Sean O’Connell est l’un des joailliers les plus de cuivre. « L’échantillon est posé directement sur la pellicule, innovants d’Australie, ce qui ne l’empêche pas de et une électrode est connectée au-dessus. Une autre électrode travailler dans un conteneur installé au beau milieu est connectée à la plaque de cuivre, et jusqu’à 60 000 volts de 140 hectares de bush en Tasmanie. « Le mouvement de la nature, la manière dont elle progresse, le long de l’échantillon, prenant la forme de la structure interne, sont envoyés sur l’échantillon. Les étincelles se déplacent alors tout cela révèle au mieux les connexions qui existent entre la substance, la forme et le mouvement », explique-t-il. Son exploration de ces connexions apparaît clairement dans ses œuvres qui combinent design sophistiqué et matériaux originaux, travaillés selon des méthodes artisanales traditionnelles. Puis Sean s’est mis à photographier de l’électricité striant ses créations, afin de produire une génération dérivée d’œuvres en elles-mêmes originales Material Studies: Spark est une série stupéfiante de photographies qui accompagnent ses bagues Spark. Cette idée lui est venue alors qu’il finissait son doctorat au Sydney College of the Arts. « Je concentrais ma recherche sur de nouvelles manières de voir au-delà des murs que nous dressons entre les individus, les cultures, les objets et les idées. Je me suis lancé dans diverses expérimentations en matière de photos, de films et de sons », se souvient-il. Au cours de l’une de ses expériences, ce qui imprime la pellicule ». Sean se considère comme un joaillier qui, simplement, utilise la photographie comme moyen d’expression. Ce qui ne l’empêche pas d’aller plus loin : en 2019, il lancera un nouveau projet Matter Reanimated, une collection d’images de 1 00 matériaux communs, à laquelle il ajoutera une expérience sonore. « Les expositions seront accompagnées d’une vidéo assemblant des centaines d’instantanés d’étincelles, avec une bande-son reproduisant leurs fréquences ». Tout en assumant le caractère unique de ses œuvres, Sean reconnaît aussi les valeurs qui le relient à une large communauté de créateurs. « Il n’y a probablement pas d’autre joaillier qui soumette ses œuvres à l’électricité haute tension pour en faire des images, mais il existe une compréhension et une reconnaissance des matériaux que je partage avec d’autres joailliers ou d’autres artisans », insiste-t-il. Cette recherche sur les qualités fondamentales des matériaux, tout Sean a mis au point une série d’oscillateurs À la fois artiste et artisan, Sean O’Connell a comme son aspiration à innover, c’est audio haute tension. étudié le design et l’orfèvrerie en Australie, puis, muni de son doctorat, il s’est lancé dans cela qui a poussé Sean à imposer son « Je recherchais les liens sous-jacents », l’expérimentation de l’électricité en tant qu’art. propre règne imaginatif. THE JAGUAR 77