Aufrufe
vor 2 Jahren

Jaguar Magazine 02/2018 – French

  • Text
  • Jaguar
  • Voiture
  • Monde
  • Voitures
  • Faire
  • Volant
  • Vitesse
  • Moteur
  • Ainsi
  • Toutes

PIONNIÈRES Aseel

PIONNIÈRES Aseel Al-Hamad n’a jamais renoncé à sa vocation pour la conduite, cela tombe bien car désormais en Arabie Saoudite, elle peut légitimement se glisser derrière le volant. Le circuit Reem est un ruban de goudron noir et poussiéreux situé à l’ouest de Riyad, en Arabie Saoudite. Rien de surprenant d’y voir une voiture de sport étincelante y évoluer avec force, crissements et rugissements, pilotée par une personnalité en pleine extase. Toutefois, cette relation fusionnelle entre pilote et piste n’a cette fois-ci rien d’ordinaire. En effet, la personne qui est au volant de cette Jaguar F-TYPE Coupé Ultra Blue n’est autre qu’Aseel Al-Hamad, qui est à la fois pilote de course, décoratrice d’intérieur, ingénieure, et inconditionnelle du sport automobile. En s’engageant dans la voie des stands, elle a conscience qu’elle est le symbole d’un changement radical qui eût été impensable, ne serait-ce qu’un an auparavant. C’est le 24 juin 2018 que l’Arabie Saoudite a levé l’interdiction faite aux femmes de conduire, seulement neuf mois après le décret royal édicté par le roi Abdullah Bin Abdulaziz Al Saud. Pour célébrer cette véritable révolution, Aseel s’est associée à Jaguar en faisant un tour de piste symbolique au volant d’une Jaguar F-TYPE sur sa terre natale. Ce parcours fait partie du premier World Driving Day, le rendez-vous annuel dédié à la collaboration de Jaguar avec plus de 40 universités et institutions diverses autour du monde, pour l’étude de solutions futures en matière de mobilité. Cet événement marque ici le début d’un partenariat avec des universités saoudiennes. Tôt ou tard, Aseel savait qu’elle connaîtrait ce jour, même si elle a 56 THE JAGUAR

« DANS UNE VOITURE, ON SE SENT LIBRE ET OUVERTE À DE NOUVELLES EXPÉRIENCES ». passé toute sa vie dans le seul pays au monde imposant une telle restriction. « Petite fille, j’étais déjà passionnée par le pilotage », sourit-elle. « J’ai toujours préféré jouer avec les petites voitures de mon frère. Et ma famille n’a jamais cessé de m’encourager à suivre mon rêve de conduire une voiture ». Après son diplôme en décoration d’intérieur à l’université Prince Sultan, Aseel a créé son entreprise IDegree, spécialisée dans les intérieurs commerciaux et résidentiels haut de gamme. Avec une activité commerciale en constante progression, elle a fini par attirer l’attention. Elle a alors été acceptée dans le prestigieux corps du Saudi Council of Engineers. Entre-temps, le sport automobile devenant de plus en plus populaire, elle s’y intéressa en écrivant sur le sujet, en participant à des rencontres sur circuits et à des ateliers, devenant ainsi petit à petit une pionnière en Arabie Saoudite. Elle fut la première femme à importer une Ferrari dans le royaume, ce qui ne passa pas inaperçu. Elle a été reconnue comme la première actrice du sport automobile, et est devenue la première femme admise au sein de la Fédération Automobile d’Arabie Saoudite et de la commission « Women in Motorsport » de la FIA. Parvenue à l’épicentre de la scène automobile internationale, elle a ainsi réalisé sa vocation. « Mon ambition persiste à devenir un modèle pour les futures générations de femmes », dit-elle. « Je veux qu’elles s’identifient à leur passion pour la course et s’y attaquent dès le plus jeune âge. J’espère inciter de nouvelles générations de femmes autour du monde à connaître les frissons ressentis derrière un volant ». Désormais, des millions de Saoudiennes vont pouvoir conduire (et même piloter). Aseel assure que l’impact sur la vie en Arabie Saoudite sera immédiat et profond. « Trois choses vont changer », déclare-t-elle. « En tant que femmes, nous allons avoir un nouveau sens des responsabilités, ce qui est très important. Ensuite, notre indépendance sera renforcée. Je suis impatiente de pouvoir maîtriser mon emploi du temps, tant pour ma vie privée que pour ma vie professionnelle, sans avoir à dépendre d’autrui. Et troisièmement, je pourrai passer davantage de temps avec ceux que j’aime. Personne ne peut nier que passer du temps et célébrer avec les siens est important. Dans une voiture, on se sent libre et ouverte à de nouvelles expériences ». Aseel affirme que cet incroyable bouleversement restera à jamais gravé dans sa mémoire. « Toutes les Saoudiennes se souviendront de ce 24 juin historique », sourit-elle, manifestement émue. « J’ai attendu ce moment toute ma vie, et j’étais sûre qu’il allait arriver. J’en suis très fière. C’est la preuve qu’il ne faut jamais désespérer ». De retour sur la piste, le rugissement caractéristique de la F-TYPE s’apaise et s’éteint. Aseel quitte alors le circuit avec une impression de plénitude et de fierté, en s’éloignant du brouhaha émanant du circuit et des équipes de tournage. Derrière elle : le goudron imprégné des traces fraîches de ses pneus. Un symbole de cet instant qui restera gravé dans l’esprit de millions de femmes. Pour voir Aseel au volant, tapez « World Driving Day » sur la chaîne YouTube de Jaguar. THE JAGUAR 57