Aufrufe
vor 3 Jahren

Jaguar Magazine 02/2018 – French

  • Text
  • Jaguar
  • Voiture
  • Monde
  • Voitures
  • Faire
  • Volant
  • Vitesse
  • Moteur
  • Ainsi
  • Toutes

LEFT XXXXX « LE RÔLE

LEFT XXXXX « LE RÔLE DE VESPER ÉTAIT UN VÉRITABLE CADEAU. QUELLE CHANCE DE POUVOIR INCARNER UN PERSONNAGE SI FORT, SI HUMAIN ». 46 THE JAGUAR

FILM & CULTURE Eva Green, dans les coulisses de son tournage avec la Jaguar I-PACE, adore les road movies tels Mad Max ou Thelma & Louise. dans ses faiblesses comme dans ses forces qui lui a permis de faire son petit bonhomme de chemin. Les cinéphiles découvrent une personnalité pareille à nulle autre. Cet après-midi, nous nous retrouvons dans un studio à Londres. Eva s’est installée dans un élégant canapé d’époque. Elle est entourée de plantes vertes et d’animaux empaillés, un décor qui sied bien à cette personnalité « sauvageonne » aux goûts excentriques. « À Paris, il existe un merveilleux magasin nommé Deyrolle qui offre à mon avis la plus belle taxidermie au monde », dit-elle, tout en ouvrant une porte donnant sur une autre part de son univers à la fois étrange et merveilleux. « On y trouve des oiseaux rares, des chameaux, des lions et toutes sortes d’animaux. J’y ai acquis des pièces extraordinaires, dont cette tête de taureau en fait un auroch, espèce aujourd’hui disparue parce que ses yeux semblaient implorer de l’aide au milieu de cette boutique. J’ai voulu le sauver de là. Quelle pièce impressionnante ! ». VERS LES SOMMETS D’ailleurs, le physique d’Eva est en lui-même impressionnant, genre gothique-chic, avec ses cheveux aux reflets bleutés et ses grosses bottines. Il s’en dégage une sorte de confiance en soi qui est la marque de celle qui sait ce qu’elle veut. Que ce soit dans sa vie privée ou dans son travail, Eva Green est une personnalité à part, pleine d’énergie. C’est son trait de caractère : un tempérament qui n’hésite pas à se remettre en question ou à défier le monde, et ce, depuis le tout début de sa carrière qui a débuté avec The Dreamers, un film provoquant d’art et d’essai de Bernardo Bertolucci. Sa carrière continue de manière foudroyante avec un rôle dans le film médiéval de Ridley Scott Kingdom of Heaven (« Le Royaume des Cieux » au Canada - 2005), puis dans Casino Royale (2006) où elle incarne Vesper Lynd, une James Bond girl. C’est notamment dans ce dernier que Daniel Craig a fait son apparition et a relancé de la série cinématographique la plus longue de l’histoire. « Le rôle de Vesper Lynd était un véritable cadeau », se souvient-elle. « C’était une personnalité très forte, aussi forte que James Bond lui-même. Cette attirance de James Bond pour elle était évidemment très valorisante. Ce rôle était vraiment humain, une véritable aubaine pour moi ». Était-ce difficile pour une Française d’acquérir l’accent parfait pour incarner un cadre du Ministère des finances de Sa Majesté ? Elle le reconnaît : « Oui, j’en ai bavé. Je me souviens de mon accent français dans Innocent - The Dreamers alors que j’étais persuadée de maîtriser la langue ! Mais, pour Casino Royale j’ai travaillé d’arrache-pied avec un coach merveilleux qui m’a forcée à regarder des films des années 40 pour en étudier les répliques. Mais en réalité, c’est le rythme qu’il fallait acquérir et c’est cela qui m’a accaparée ». Sur le plateau, comme l’a révélé ultérieurement le réalisateur Martin Campbell, Eva Green était plutôt réservée. « Elle restait dans son coin, en compagnie de son chien et de son coach, bien loin des actrices américaines qui entraînent dans leurs sillages des tas de gens. La Vesper Lynd du livre Casino Royale a aussi cette qualité sombre, presque mystérieuse. James Bond est asticoté par ce caractère insaisissable. Or, Eva Green est justement insaisissable. Je remerciais les dieux de l’avoir eue dans le film. Quelle performance ! » CONCOURS D’OBSTACLES Eva est la fille de Marlène Jobert et d’un dentiste suédois, Walter Green. Elle a une sœur jumelle, Joy, mais Eva l’a précédée de deux minutes. L’univers du cinéma l’a attirée THE JAGUAR 47