Aufrufe
vor 2 Jahren

Jaguar Magazine 02/2018 – French

  • Text
  • Jaguar
  • Voiture
  • Monde
  • Voitures
  • Faire
  • Volant
  • Vitesse
  • Moteur
  • Ainsi
  • Toutes

RECORDMEN Il n’est que

RECORDMEN Il n’est que onze heures du matin et déjà Vincent Radermecker a effectué plusieurs boucles à pleine vitesse. Assis dans le PC du centre de tests de Jaguar au Nürburgring, tout juste sorti, pied au plancher, de 15 tours de piste sur la légendaire Boucle Nord de cet immense complexe dédié à la course automobile, il prend une pause bien méritée avant d’attaquer la séance de l'après-midi. Encore 15 tours endiablés en perspective. Sur cet anneau de 20 km, Vincent est le pilote d’endurance chargé par Jaguar de tester les performances des voitures en préproduction en les poussant à leur maximum. Les faiblesses éventuelles sont ainsi débusquées et soumises aux ingénieurs qui doivent trouver des solutions. Une mission prestigieuse, certes, mais qui n’a rien de facile. La Boucle Nord du Nürburgring, surnommée « l’enfer vert » par Jackie Stewart, est aussi célèbre pour les épaves qui parsèment son histoire que par les exploits qui s’y sont déroulés. Ses 73 virages et épingles à cheveux, ses multiples déclivités et dévers, ses points aveugles, ses cassis, ses fossés et son manque de zones de dépassement, tout cela ne laisse aucune place pour les amateurs. Une simple erreur peut s’avérer désastreuse. C’est la raison pour laquelle de nombreux constructeurs dont Jaguar testent ici leurs prototypes : si une voiture survit au Nürburgring, elle survivra partout. Mais parfois, la survie ne suffit pas. Pour l’équipe d’élite des Voitures de luxe sur mesure (SVO), chargée du développement de la Jaguar XE SV Project 8, cette édition limitée de la berline hautesperformances devait se démarquer des autres. C’est ainsi que le 29 novembre 2017, la Project 8, avec Vincent au volant, s’est brillamment illustrée sur la Boucle Nord, y battant le chrono record pour une voiture de série. Mais boucler un tour de piste en 7 min 21 s 23 sur ce tarmac éreintant n’a pas été chose facile. En tout cas, avec 10 années d’expérience sur cet anneau, et près de 8 000 tours de pistes au compteur, Vincent avait la stature pour relever ce défi. « Tenter un record chronométré ici est un défi qui s’apparente à une course », explique-t-il. « Il est essentiel de maîtriser la voiture sur chaque aspérité et dans chaque virage. Vous devez tout oublier pour vous concentrer sur les 5 à 6 secondes à venir. C’est le seul laps de temps que vous puissiez contrôler. Si vous avez commis une faute, c’est trop tard, oubliez-la bien vite. « Et il est impossible de se projeter à 30 secondes, parce que vous n’avez pas encore la vision ni le ressenti de ces 30 secondes à venir. Vous vous concentrez sur le prochain virage, puis sur le suivant, et c’est tout. Tout est dans la concentration et la précision à l’instant T. Penser à autre chose est rédhibitoire ». Vincent a passé trois journées de tests avec la Project 8, jusqu’à atteindre ce record de 7 min 21 s. « Nous avons tenté le record trois ou quatre fois », se souvient-il. « La météo n’était pas très favorable, la piste était humide le matin, si bien que nous avons dûs attendre l’après-midi. Il fallait que nos pneus soient suffisamment chauds et que toutes les conditions soient réunies pour enfin pouvoir nous lancer. » Et, évidemment, la voiture devait être parfaitement préparée. La conception, le développement et la construction de cette super berline de 5 litres, développant 600 ch, assemblée à la main la Jaguar de route la plus puissante à ce jour en à peine une année, c’était un sacré pari. Et la préparer pour le Nürburgring mettait une pression supplémentaire. PORTRAITS : HANNAH SMILES, BRYN MUSSELWHITE 38 THE JAGUAR

JACK LAMBERT INGÉNIEUR DE DYNAMIQUE DES VÉHICULES VINCENT RADERMECKER PILOTE D’ENDURANCE « VOUS VOUS CONCENTREZ SUR LE PROCHAIN VIRAGE… IL N’Y A PAS DE PLACE POUR L’ERREUR ».