Aufrufe
vor 2 Jahren

Jaguar Magazine 02/2018 – French

  • Text
  • Jaguar
  • Voiture
  • Monde
  • Voitures
  • Faire
  • Volant
  • Vitesse
  • Moteur
  • Ainsi
  • Toutes

« COCOONÉ DANS LE

« COCOONÉ DANS LE CALME LUXUEUX DE MA JAGUAR, JE FAIS FI

ESSAI ROUTIER DES ENCOMBREMENTS. La JAGUAR XE 300 SPORT À la sortie de Palerme, flamboyante dans sa version Caldera Red, la XE 300 Sport s’attaque aux côtes. Le journaliste Henry Catchpole est tout sourire en libérant les 300 ch de sa berline. Une première fois, ça passe ; une deuxième fois, ça lasse. Mais une troisième fois, il y a de quoi se poser des questions ! En un quart d’heure, l’état de la route se dévoile, véritable inventaire à la Prévert : nids-de-poule, cassis, fondrières, ornières, fissures, dos d’âne (naturels !)… Bienvenue en Sicile ! Par endroits, la route ressemble à une mer houleuse, comme soulevée par un vent de force 5, puis comme pétrifiée par le terrible regard de la déesse Méduse. Et pourtant, il y a comme une dichotomie entre mon regard qui perçoit cette surface chaotique et mon corps qui n’en ressent pas les secousses attendues. Ainsi, à l’approche de cette fondrière, sans le moindre ralentissement, sans le moindre relâchement de l’accélérateur, je me contracte en anticipant le choc. Mais en fait, il semble que ma Jaguar XE 300 SPORT ait tout simplement survolé le cratère comme sur un coussin d’air, ne laissant percevoir qu’une légère vibration. Pas d’à-coups dans les mains, pas de secousses dans la colonne vertébrale, juste un léger bruit sourd au moment où les roues, pilotées par la suspension, épousent l’obstacle. Le phénomène se reproduit ornière après cassis, créant une impression de boum-boum que ne renierait pas David Guetta lors d’une soirée à Ibiza. En tout cas, je m’habitue bien vite et aborde dorénavant ces obstacles en toute décontraction. Je me trouve actuellement entre Palerme au nord et Catania à l’est. Lorsque je me suis décidé à partir ce matin, mal m’en a pris car je me suis retrouvé dans des encombrements manifestement inspirés de la place de l’Étoile à Paris. Mais, bien calé derrière mon tableau de bord numérique et mon volant habillé de cuir surpiqué jaune, je me sens comme dans un cocon dans le calme luxueux de ma Jaguar. C’est comme si je visionnais un film mettant en scène des personnages se faufilant et se frôlant les uns les autres. Rien d’étonnant, d’ailleurs, à ce que les carrosseries soient striées de stigmates. Un peu inquiet pour ma carrosserie et mes rétroviseurs extérieurs, j’ai quitté la ville au plus vite, laissant derrière moi des alignements de HLM pour rejoindre ces collines où je me THE JAGUAR 23